UNION DE DOUALA : AUTOPSIE D’UNE PREMIÈRE PARTIE DE SAISON TOTALEMENT RATÉE

La marée est décidément très haute pour l’Union sportive de Douala, du moins pour ce qui est de cette première partie de saison. Battu par DRAGON dimanche dernier sur le score de 0 but contre 1. les NASSARAS ont essuyé leurs cinquièmes défaites de la saison.Avant dernier de la poule A , avec une maigre victoire depuis le début de la saison, et trois matchs nuls; UNION vit une première partie de saison cauchemardesque.

Des joueurs beaucoup trop tendre

L’un des éléments qui tape à l’oeil, lors d’un match de l’union en élite one cette saison, c’est la jeunesse de ses joueurs;Des jeunes joueurs qui sortent pour la plupart du championnat régional,ou encore de l’équipe réserve . Un choix assumé par les dirigeants du club, qui souhaitent renouer avec une stratégie, qui a permis jadis à l’equipe , de retrouver son lustre d’antan. Seulement, CAMILLE MOUKOKO, et autres, peinent pour le moment ,à afficher la maturité précoce de KEN GUILADJOE, Et MOHAMED DJETEI, à l’époque du coach feu DIALLO SIEWE. Une imaturité, qui s’ajoute à l’inconstance de certains cadres du groupe, à l’instar d’AROUNA DANG, ou encore DJALEU. Conséquence l’équipe n’arrive pas à gérer efficacement sur le terrain, ses temps forts, et ses temps faibles; il y’a pas un joueur capable d’enfiler le bleu de chauffe, pour montrer la voie aux jeunes, qui ont clairement besoin d’un temps d’adaptation.

UN STAFF TECHNIQUE EN MANQUE DE SOLUTION

Si on peut se permettre d’émmetre des réserves sur la qualité des joueurs, difficile d’en faire autant sur la qualité du Staff technique, dirigé par l’un des entraîneurs les plus respectés au Cameroun, RICHARD TOWA. Seulement, le bilan actuel du club d’un point de vue statistique, suffirait amplement, pour justifier son éviction actuellement. Sur le terrain, son plan de jeu peu efficace jusqu’ici, qui consiste très souvent à sauter le milieu de terrain pour chercher une déviation D’AROUNA, et jouer les deuxièmes ballons, devient de plus en plus prévisible, et manque de variété; ses choix son critiquables, son coaching, n’est presque jamais gagnant. De plus, son management qui a privé AROUNA de plusieurs matchs en début de championnat, peut également être questionable, surtout si on met en rapport l’unique victoire du club devant YAFOOT, avec le retour en compétition du ballon d’or 2016.

UN PRÉSIDENT DE MOINS EN MOINS INSPIRÉ, ET ESSEULÉ

Cette saison encore, le président FRANCK HAPPI est parti chercher des joueurs qui découvrent pour la majorité, l’élite one. Un choix quelque peu curieux, pour un club de la dimension de L’UNION de DOUALA, qui doit naturellement jouer un rôle majeur dans notre championnat. Pas étonnant donc, que l’équipe soit avant dernière de sa poule, avec une seule victoire. Mais au delà de cette première partie de saison difficile, c’est le projet sportif de l’équipe, qui suscite des interrogations. Si on peut louer la stratégie qui consiste à faire sortir des jeunes joueurs du pays , afin d’alimenter les caisses de l’équipe, on remarque que contrairement aux récentes époques glorieuses,’ il y’a de moins à moins de joueurs dotés d’une maturité précoce, et d’une qualité technique élevée, qui sont recrutés au sein du club.En outre, l’incapacité de concilier cette méthode lucrative financièrement, avec la compétitivité du club en championnat, donne du grain à moudre aux sceptiques. Rappelons que la dernière participation de L’UNION de DOUALA à une compétition africaine remonte à 2016, 4 ans après son dernier titre de champion du Cameroun en 2012. Un situation qui a probablement nourrit les tensions perceptibles au sommet de l’équipe, avec une assemblée générale toujours attendu, et un président qui dit ouvertement ,qu’il n’est pas opposé à la reprise du club, par une tierce personne ; il est bien loin l’époque où le président du club arrivait à une séance d’entraînement au lendemain d’une victoire, ou d’une défaite, avec d’autres membres de l’état major de l’équipe. Dans ce climat délétère, il est évident que seul un électrochoc, pourrait considérablement permettre à L’UNION DE DOUALA , de se redresser, Afin d’éviter une relégation, qui est de plus en plus envisageable, au regard de la trajectoire que prend le club.

GEORGES MBIMBE

SUIVEZ RSI

3 Replies to “UNION DE DOUALA : AUTOPSIE D’UNE PREMIÈRE PARTIE DE SAISON TOTALEMENT RATÉE”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.