UFAK: Me Wakam, radié !

La décision est a été signée le 04 Novembre 2020 par le président de l’Union des Fédérations africaines de Karaté. Dans une lettre signée par son président Mohamed Tahar et envoyée aux diffèentes fédérations membres, l’UFAK a décide de sanctionné plusieurs responsables de la fédération camerounaise de Karaté dans l’affaire des athlètes camerounais victimes de harcèlement sexuel.

Au total 3 types de sanctions sont prononcées à l’encontre de 13 personnalités et acteurs du karaté camerounais.

1- Les radiés à vie
Ils sont 4 qui sont définitivement exclus de l’instance africaine et par ricochet de toutes les activités organisées par l’UFAK. Il s’agit de Me Emmanuel Bilal Wakam, président de la fédération camerounaise de Karaté et secrétaire général de l’UFAK, Me Jean Mbopda, Directeur Technique No 2 de la Fecakaraté et membre de la commission d’arbitrage de l’UFAK, Me Germain Désire Ambani, Entraîneur national adjoint Junior et Jean Francis Esse, Entraîneur national principal Junior.

2- Les suspendus
Pour les 2 prochaines olympiades( 2021-2024 et 2025-2028), 8 responsables de la Fecakaraté n’ont pas le droit d’exercer. Notamment Christian Ndougtsaa, athlète de la sélection nationale sénior, Me Marie Ngo Simb ll, entraîneur national senior Dames et Me Oscar Tchoffo entraîneur national senior Messieurs et membre de la commission Technique de l’UFAK.

3- Blâmes
Me Bertin Dongmo, secrétaire général de la Fecakaraté et secrétaire général de la commission d’organisation de l’UFAK s’en tire avec un blâme. Il est d’ailleurs seul qui reçoit cette sanction moins lourde.

Casimir WAHNDZI

SUIVEZ RSI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.